Nos Souvenirs, le survival des suicidaires

A l’époque où il tournait la Défense Lincoln, Matthew McConaughey avait, il me semble, déclaré ne plus vouloir tourner de films au nord du Mississippi. Installé avec femme et enfants à Austin, au Texas, il ne souhaitait plus s’aventurer trop loin de chez lui. Il s’est plutôt bien tenu à ce principe et on peut dire que cela lui a plutôt réussi. Sa carrière est passée de la comédie romantique plus ou moins heureuse aux films indépendants exigeants. Ce qui lui a sans doute permis d’avoir un Oscar.

Quand j’ai vu qu’il s’aventurait très loin de chez lui, au Japon, pour un film, j’étais plus que curieuse de voir ça. Je me suis donc enfermée, par un beau jour férié ensoleillé dans une salle de cinéma pour découvrir Nos Souvenirs, de Gus Van Sant et ce qui avait poussé Matthex McConaughey à déroger à sa règle.

Dans Nos Souvenirs, Matthew McConaughey incarne Arthur, un Américian qui se rend au Japon, dans la forêt d’Aokigahara, pour se suicider. Alors qu’il voit sa vie défiler devant ses yeux, il rencontre Takumi Nakamura, venu aussi pour mettre fin à ses jours mais qui a changé d’avis et veut rentrer chez lui. Arthur entreprend d’aider Takumi à sortir de la forêt.

Gus Van Sant a toujours été pour moi un réalisateur caméléon, capable de maîtriser aussi bien le mélo hollywoodien (Will Hunting) que la satire sociale (Prête à tout) et le teen-movie indé (Paranoid Park) sans oublier le film presque expérimental (Gerry). Et même si je ne suis pas sensible à tout, je crois qu’il y a assez peu de ratés.

Premier constat et, pour moi, première déception, Nos Souvenirs s’inscrit dans cette veine des films de survie. On a eu le survival dans l’espace, le survival dans la neige, le survival dans le désert et là, on a le survival dans la forêt. Certes, celui-ci est moins formel que d’autres mais on assiste quand même à des scènes où les acteurs malmenés cherchent de l’eau/un abri/ des vêtements/ une issue. Je dois dire que je ne suis pas fan de ce genre à la base et que je commence vraiment à être lassée de le voir s’immiscer dans de nombreux films. Je me demande ce que les historiens du cinéma penseront à l’avenir de cette vague de films de survie. On risque de passer pour une bande de paranos narcissiques obsédée par la fin du monde et la survie de son espèce…

Dans Nos Souvenirs, l’originalité vient du fait que les personnes qui cherchent à survivre sont celles qui, au début, voulaient mourir. Malheureusement, cette particularité fait perdre tout enjeu à leur quête. Je n’ai pas été vraiment prise par cet aspect du film et ai été beaucoup plus séduite par l’autre intrigue, celle des souvenirs d’Arthur et sa femme (Naomi Watts).

photo1.jpg

Car la véritable histoire du film est bien là: celle d’Arthur et de sa femme, couple marié qui connaît des hauts et des bas et dont on comprend qu’elle est la raison qui mène Arthur au Japon pour mourir. Gus Van Sant nous offre ici des scènes réalistes, originales et touchantes plutôt réussies. Elles permettent de créer de l’empathie autour du personnage d’Arthur et de l’intérêt pour ses motivations.

photo2.jpg

Vous l’avez compris, je sors de ce film plus que mitigée. Si la réalisation est très belle et les acteurs bons, le film en lui même n’a rien d’exceptionnel. La fin m’est apparue beaucoup trop explicative et lourde. Elle invalide presque toutes les séquences réussies du film en laissant une impression de pesanteur et de «je t’explique tout au cas où tu n’aurais rien compris à mon génial twist de réalisateur à la fin». Désagréable mais pas non plus de quoi huer le film lors de sa projection à Cannes l’année dernière.

gifboo.gif

 

Quant à Matthew McConaughey, à part la perspective de tourner avec Gus Van Sant et de visiter le Japon, je ne vois pas ce qui a pu le pousser à s’aventurer si loin de chez lui. Et puis j’ai regardé une carte. En fait, le Japon n’est pas très au Nord du Mississippi si on regarde attentivement. L’entorse à la règle était donc mineure!

Lonesome Dove, western contemplatif

20160505_115327 (1161 x 2064)

Alors que je me lamentais d’avoir fini Le Fils, des amis bien attentionnés m’ont recommandé Lonesome Dove de Larry McMurtry (connu pour être le co-scénariste du Secret de Brokeback Moutain). Je les en remercie. Lonesome Dove est un roman en deux tomes, de plus de 500 pages chacun qui raconte l’épopée de Gus et du Capitaine, deux anciens Texas Rangers qui décident en 1880, avec une poignée de jeunes cow-boys, d’acheminer du bétail du Texas vers le Montana pour y fonder un ranch.

Pour le moment, je n’ai lu que le premier tome et j’ai déjà hâte de commencer le second.

Le premier tome est l’occasion d’une présentation assez longue des différents personnages. Sous la chaleur accablante du Texas, on fait la connaissance de Gus, le bavard un peu alcoolique et fainéant et du Capitaine, véritable bourreau de travail taciturne. Tous les deux vivotent dans leur ranch, louant à l’occasion un cheval ou une carriole et allant piquer au Mexique le bétail qu’ils revendront. Ils ont sous leurs ordres Deets, Newt et Bol, un bandit-cuisinier. Pour compléter le tableau, il faut ajouter qu’il y a à Lonesome Dove un saloon et une putain, Lorena, qui rêve de San Francisco.

Arrive bientôt Jake Spoon, leur ancien acolyte chez les rangers qui leur donne l’idée de partir dans le Montana pour faire fortune. Aux deux tiers du livre, la fine équipe et son troupeau se lance dans un road-trip qui va leur faire traverser l’ensemble du pays, du Sud vers le Nord.

giftroupeau.gif

Si le début du roman est très linéaire, avec le départ du convoi, les intrigues se multiplient, de nouveaux personnages apparaissent, suivant chacun leur route dont on se doute qu’elles finiront toutes par converger au Montana (ou avant). C’est l’occasion de varier les points de vue, de faire durer le suspense et surtout de jouer avec le rythme de la narration.

L’auteur arrive vraiment à adapter son style aux événements rencontrés par les personnages. Le début est très tranquille. On se sent comme Gus, à moitié ivre sous un porche par 100° Fahrenheit. A partir du moment où le voyage débute, on lit au rythme de la chevauchée. On est bercé par le rythme du livre et on a vraiment l’impression de faire partie du voyage.

gus

Disons le clairement, Lonesome Dove ne joue pas sur la surenchère des péripéties. Ce western-ci s’attache principalement à décrire la quotidienneté de la vie de cow-boy ou de putain. La plupart du temps, les personnages et le lecteur sont sur leurs gardes, attendant qu’il se passe quelque chose. Et quand un rebondissement survient, ce n’est jamais celui auquel on s’attendait. Il n’en est alors que plus puissant.

Larry McMurtry préfère se concentrer sur des détails inattendus qui pourraient-être insignifiants ou sur les relations entre les personnages (la relation entre Gus et le Capitaine est une véritable bromance) plutôt que sur des scènes tapageuses et une surenchères de péripéties. Et ça fonctionne. Son sens de l’observation et son talent de narrateur suffisent à captiver le lecteur.

Mais rassurez-vous, Lonesome Dove remplit haut la main le cahier des charges de tout bon western. On y trouve aussi des hors-la-loi, des renégats et des Indiens.

Tous ces éléments font de Lonesome Dove un western atypique. C’est sans doute ce qui lui a valu un prix Pulitzer et une adaptation télévisuelle sous la forme d’une mini-série un peu kitch au casting trois étoiles (pour les années 80).

 

(Je vous ai mis la bande annonce en anglais mais la série a été traduite en français. )