Mes concerts à venir

photoconcerts

Le printemps est une saison que j’adore pour beaucoup de raisons; l’une d’elle est que c’est généralement le moment où ont lieu plein de chouettes concerts à Paris. Et quand on y va, pas besoin de porter son attirail d’hiver (doudoune, écharpe, bonnet, gants) pendant qu’on profite du show. Enfin, j’adore sortir d’un concert quand il fait encore jour et aller boire un verre en terrasse pour prolonger ce moment.

Alors voici ma programmation pour le printemps 2016, qui pourra encore s’enrichir en fonction des annonces et coups de cœur de dernière minute. Peut-être qu’on se croisera à certains d’entre eux.

On commence mardi 19 avril avec Giant Sand au Trabendo.

Ce sera peut-être l’un des derniers concerts d’Howe Gelb et du groupe. Lors de leur concerts à la Gaîté lyrique en décembre, Howe avait annoncé qu’il se sentait trop vieux pour continuer le groupevgbbbbbb. Le concert avait pris l’allure d’un passage de relais aux plus jeunes (sa fille, ses musiciens). Le concert avait vraiment été très bon et très émouvant. J’ai à la fois hâte de voir ce que nous réserve celui du Trabendo et en même temps, je voudrais que ça arrive le plus tard possible. Parce que c’est sans doute la dernière fois que je les verrai sur scène.

Je serais ensuite le 3 mai à la Cigale pour écouter The Kills.

L’annonce de cette date m’avait mise dans tous mes états. J’adore ce groupe mais je n’ai malheureusement que trop peu l’occasion de les voir sur scène. Souvent, quand ils annoncent une date, soit j’ai déjà des places pour un autre groupe que j’adore le même soir, soit je ne suis pas à Paris. J’étais tombée amoureuse de leur précédent album, Blood Pressure, du genre à l’écouter en boucle des journées entières. Et là, j’ai ressenti la même chose avec leur nouveau single. J’espère que le nouvel album sera à la hauteur de mes espérances mais je leur fais confiance.

Le 11 mai, j’irai écouter XIXA à la Flèche d’Or.

XIXA, ce sont deux des musiciens de Giant Sand, que j’ai découvert lors du concert de la Gaîté Lyrique. Certaines chansons me transportent instantanément à Tucson, au milieu des javelinas et des cactus saguaro (un jour il faudra que je vous dise tout l’amour que j’ai pour cette ville). D’autres, plus pop ou plus folk, permettent de vraiment apprécier la qualité des compositions du groupe, même si on n’a pas d’affinités avec la Cumbia (ce que j’ai personnellement du mal à concevoir).

Puis le 5 juin, ce sera We Love Green, au parc de Vincennes.

La programmation est vraiment bien faite pour moi puisque les trois groupes que je veux voir passent le même jour.

La première qui m’a décidée à prendre mon billet c’est PJ Harvey

Je crois que j’ai aimé les albums de PJ Harvey dès que j’ai découvert To Bring you my Love et ses chansons hypnotiques. Elle est assez vite devenue une référence, un modèle pour l’ado que j’étais. Je l’ai suivie attentivement pendant des années, allant la voir en concert à chaque fois que je pouvais (4 ou 5 fois je crois, dont une avec Marainne Faithfull). Et puis j’avais lâché à la sortie de White Chalk, qui ne me parlait pas du tout. Son nouveau titre m’a vraiment convaincue, j’espère que la suite et surtout le concert seront à la hauteur. Et qu’elle jouera ses premières chansons!

Je profiterais aussi ce soir là de Fat White Family

J’ai découvert ce groupe en concert à Rock en Seine il y a deux ans je crois, et ça a vraiment été un coup de foudre. Voir Fat White Family en concert, c’est un peu comme être invité  à une boum chez Dionysos (le dieu, pas le groupe) ou aller à un brunch avec Jim Morrison (le vrai). C’est décadent et bon enfant . On en prend plein les yeux, plein les oreilles et ça fait du bien. Le groupe a d’excellentes compositions et une présence sur scène que beaucoup doivent leur envier. Il enchaîne les dates en étant toujours aussi généreux et délirant, comme si chacun de leurs concerts était à la fois le premier et le dernier.

Enfin, ce We Love Green sera pour moi l’occasion de voir Air sur scène pour la première fois.

L’électro n’est pas mon genre de prédilection. Je me déplace rarement pour aller voir ces groupes en concert mais Air a une place particulière dans mon cœur. Je me souviens de la première fois où je les ai entendu (à Nulle Part Ailleurs, en 1998 sur Sexy Boy). J’avais acheté le single le lendemain. J’ai eu tout de suite l’impression que c’était quelque chose d’unique qui annonçait un phénomène plus grand. Un peu comme quand j’avais vu les Worlds Apart chez Charly et Lulu. J’avoue que je suis curieuse de voir ce qu’ils ont préparé au niveau visuel pour ce live (Air, pas les Worlds Apart).

Et je finirai ce printemps 2016 avec FIDLAR au Trianon le 13 juillet.

FIDLAR, c’est mes sales gosses préférés. A chaque fois que je les entends, j’ai le sourire et envie de faire plein de trucs débiles. Et je ne dois pas être la seule quand je repense à l’ambiance de leur dernier concert auquel j’avais assisté au Trabendo. J’ai un peu du mal à les imaginer dans ce joli théâtre du XIXème siècle qu’est le Trianon, avec ses places assises et ses colonnes. J’espère qu’ils seront inspirés, et le public aussi.

Et vous, qui allez-vous voir?